Un secteur attractif

Nous animons une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriales (GPECT) de la filière Pêche et Cultures marines car la Bretagne entretient des liens étroits avec la mer.

Son histoire, son identité, son économie sont intimement liées à l’espace maritime et côtier.

Cependant, les métiers de ce secteur porteur souffrent d’un déficit d’attractivité malgré de nombreux avantages.

À terme, le manque de main d’oeuvre pourrait mettre en péril une grande part de l’économie bretonne.

La pêche aujourd'hui

La pêche aujourd'hui

La pêche reste un secteur où il est encore possible de grimper rapidement les échelons : l’âge moyen d’un armateur est de 40 ans.

C’est un métier de passion, de liberté, aux multiples facettes, et qui embauche.

Par exemple : la session de formation précédente au Lycée Maritime de Paimpol comptait 11 élèves, à la fin de leur contrat de professionnalisation (Certificat Matelot Pont) ils ont tous été embauchés. La pêche offre des emplois pour tous !

La culture marine aujourd'hui

La culture marine aujourd'hui

La culture marine au sens large tient une place importante dans l’économie littorale bretonne. L’emploi est donc un enjeu crucial pour ce secteur.

La conchyliculture regroupe l’ostréiculture (les huîtres), la mytiliculture (les moules), la vénériculture (les palourdes), la cérastoculture (les coques) et l’halioculture (les ormeaux). De la production à la vente vous participez activement à la réussite de l’entreprise, ce secteur offre un large panel de métiers : d’employé conchylicole à chef d’exploitation.

Cap Avenir en vidéo

La pêche sur la Bretagne Nord-Est

  • EN CÔTES D’ARMOR

    • 8 ports de pêche, 2 ports de vente : à Erquy et Saint-Quay-Portrieux
    • 270 navires de pêche : dont 26 pratiquent la pêche au large 
    • 734 marins embarqués
    • 52 millions d’€ de Chiffre d’affaires débarqués
    • Près de 20 000 tonnes de produits débarqués
    • Le département produit 44% de la Coquille St Jacques Française

  • EN ILLE-ET-VILAINE

    • 2 ports de pêche : St Malo et Cancale
    • 67 navires de pêche
    • 600 marins embarqués
    • 3500 tonnes de crustacés (araignée, homard)
    • 2000 tonnes de bulots
    • 90 tonnes de seiches