>> Accueil >> Découvrir les métiers >> Matelot à la pêche
Matelot à la pêche
Matelot
à la pêche…


Depuis de nombreuses années, le secteur de la pêche recrute sans cesse de nouveaux marins. Les offres d’emploi sont donc nombreuses et les salaires souvent attrayants.
Activités Le matelot à la pêche exerce son activité à bord des navires de pêche. Il participe à l'ensemble des activités suivantes :
  • Conduite du navire,
  • Il participe au quart à la passerelle et guette les dangers éventuels (rochers, débris,...),
  • En pleine mer ou au port, il prend part aux manœuvres du bateau. Dans certains cas, il peut piloter les embarcations annexes comme les canots de sauvetage,
  • Il participe à la détection des bancs de poissons et à la surveillance des opérations de pêche. Il s'occupe également de préparer, mettre à l'eau et relever les engins de pêche (chaluts, dragues...),
  • Traitement des poissons : il trie, prépare, éviscère, met en filets, conditionne, glace, ou sale, et stocke les poissons capturés,
  • Au port, il aide à décharger le poisson pêché et à charger les vivres et approvisionnements,
  • Il entretient (nettoyage, rangement, montage) et répare les engins de pêche (ramendage des filets…). Il participe également à l’entretien général du navire et peut aussi préparer la cuisine à bord.
  • Qualités requises [Remonter] Dictés par l'environnement et les exigences de production, le rythme et les horaires de travail à la pêche sont atypiques. Pour être matelot à la pêche, il faut donc :
  • être apte physiquement et endurant,
  • aimer travailler en équipe,
  • pouvoir vivre en collectivité dans un espace restreint.
  • Salaires et conditions de travail [Remonter] Les salaires peuvent varier en fonction de différents critères : La part du matelot sur la valeur des captures représente un salaire qui peut varier de 1500 € à 3800 € bruts/mois. Différents facteurs (quantité pêchée, type de pêche, prix de vente, prix du carburant, etc.) expliquent ces variations de rémunérations. Les conditions de travail, parfois physiquement difficiles, sont soumises à de nombreux facteurs. Elles dépendent :
  • de la météo selon la saison.
  • des caractéristiques du navire : bateaux de moins de 12 mètres, de 12 à 16 mètres, de 25 à 33 mètres, de plus de 33 mètres, de plus de 70 mètres (thoniers).
  • des techniques de pêches utilisées : casiers, nasses, lignes, filets, sennes, dragues, chaluts.
  • de la durée d'absence du port : moins de 24 heures en petite pêche avec un équipage de 1 à 3 hommes, jusqu’à plusieurs mois avec un équipage de 50 hommes sur un navire usine.
  • Formations et carrières [Remonter] Avant d'intégrer une école, chaque futur marin à la pêche doit obligatoirement passer une visite médicale auprès d'un médecin des gens de mer permettant de vérifier son aptitude physique. Les formations pour devenir matelot à la pêche sont accessibles dès le collège et même sans avoir de diplôme particulier. La formation professionnelle maritime offre de nombreuses possibilités de formation continue permettant aux marins d'accéder aux fonctions les plus élevées. Ils peuvent également évoluer vers la navigation au commerce ou le yachting professionnel ou choisir d'exercer un métier à terre.

    Télécharger la version PDF


    - Connexion | © 2010 Cap avenir | Rault M. | Mentions légales -